Le sexe jet sexe fanfiction

le sexe jet sexe fanfiction

Est-ce que j'avais cru un instant qu'il me proposait autre chose qu'un cours? Mon esprit était trop tordu. Bien sûr que non, il ne pouvait PAS me proposer ça. Il était mon professeur, j'étais son élève. Le sexe permet de s'épanouir, de libérer son corps afin de le soumettre à des sensations exquises et voluptueuses. Chaque souffle, chaque caresse, chaque mouvement du corps, éveille en nous un sentiment de bien-être et éveille tous les sens que nous connaissons.

C'est cela, faire l'amour, Isabella. Il m'avait complètement perdue. Je hochai donc la tête, incapable de dire quelque chose. Ou alors la sodomie? Un prof avait-il vraiment le droit de dire ça à son élève? Il suffit d'avoir un bon lubrifiant et de Etes-vous en train de me faire un cours particulier?

Ou un cours de rattrapage dû à mon inexpérience? Vos savoirs intéresseront sûrement d'autres élèves. Ils ne sont là que pour pouvoir pimenter leurs soirées de débâcle ou alors pour moi. Peut-être pourrions-nous terminer cette leçon une autre fois? Quand vous aurez décidé quoi faire. Je mis la carte dans ma veste, sans la regarder et quittai l'amphi, aussi vite que je le pouvais. Rose m'attendait de pied ferme. Je lui promis de lui raconter tout en détails, mais plus tard.

Elle sourit et nous rentrâmes à notre appartement. La fin de la semaine avait filé à une vitesse incroyable et c'était déjà le week-end. J'avais, comme promis, tout raconté à Rose. Au moins trois fois, car elle voulait être sûre d'avoir tout bien compris. Elle s'était emballée assez rapidement, me faisant croire que le prof m' avait fait du rentre-dedans et avait cherché à me séduire.

Elle m'avait poussé à lui téléphoner, ce que je n'avais pas fait. J'avais d'ailleurs décidé d'abandonner le cours. J'avais aussi montré la carte de visite de Mr Whitlock à Rose, et elle m'avait fait justement remarquer qu'il y avait le nom d'un bar noté au dos, ainsi que l'adresse.

Samedi soir, on débarque à 'la Tentation' et on s'éclate! Cet endroit est super, il y a toujours plein de mecs canons! J'avais dû capituler, et Rose avait joué à la poupée barbie avec moi afin que je sois sublime pour aller au bar.

Je devais avouer qu'elle avait faire des merveilles. Nous avions été admises à l'intérieur sans problèmes. Le bar était bondé, mais nous réussîmes à trouver une banquette inoccupée. Rose nous avait commandé deux 'sex on the beach' après avoir fait une oeillade au barman. Nous trinquâmes à notre amitié. L'ambiance était vraiment formidable, et nous nous amusions comme des petites folles. Rosalie avait jeté son dévolu sur un type gigantesque, baraqué à souhait et canon par dessus le marché.

Elle ne le lâchait pas une seconde, et il faisait pareil depuis un bon moment. Va voir ce type et ne t'inquiète pas pour moi. Je peux rentrer toute seule. J'allai me lever pour aller chercher mes affaires au vestiaire quand une voix suave me glissa un 'bonsoir' dans l'oreille. Je sursautai et me retrouvai face à mon professeur. Je n'eus pas le temps de protester qu'il m'embarqua dans une arrière salle où il y avait écrit 'privé ' sur la porte. Il ne me laissa pas le temps de terminer ma phrase, et déposa ses lèvres sur les miennes.

Mon corps s'enflamma aussitôt, complètement incontrôlable. Je ne comprenai pas ce qu'il m'arrivait, mais je me laissai faire et répondai timidement à son baiser. Il força la barrière de mes lèvres et pénétra ma bouche de sa langue affamée.

Ce fut comme un feu d'artifice de plaisir. Des sentiments incompréhensibles se mêlèrent dans ma tête et dans mon corps. Plus particulièrement dans le ventre et le bas ventre. Je gémis, sans m'en rendre compte. Je m'écartai aussitôt de Jasper et croisai ses yeux, mi-excités, mi-amusés. Il se leva et m' amena dans une autre pièce où trônait un magnifique lit king size.

J'ouvrai les yeux, stupéfaite. Il m'attrapa par la taille et se pencha contre mon cou pour y déposer de doux baisers. Tu me rends dingue depuis le jour où je t'ai vue t'asseoir dans cet amphi. Incapable de lui répondre, je me retournai et l'embrassai fiévreusement. Je voulais cet homme, tout de suite. J'étais complètement dingue de son corps, ce qui était irrationnel étant donné que je ne le connaissais pas. Nos langues tournoyaient, formant un ballet sensuel et fusionnel. Nos vêtements furent vite éparpillés, et nous nous retrouvâmes allongés sur le lit, à découvrir nos corps avides de caresses.

Jasper était doux avec moi, et prévenant. Ses doigts s'étaient immiscés dans mon intimité chaude et trempée. Il titillait mon clitoris gonflé par le désir, me faisant haleter et gémir. Sa respiration était saccadée, et il gémit quand mes doigts attrapèrent sa verge dure et tendue.

Tout mon être se mit à vibrer lorsque l'orgasme m'atteignit de plein fouet. Un orgasme qui n'avait rien à voir avec ceux que j'avais eus avec mon vibro-masseur.

J'étais désormais certaine de ne pas avoir joui avec Edward. Je criai le prénom de Jasper, à plusieurs reprises. Il vint également, se déversant sur mes doigts, encore occupés à caresser son engin. Lorsque nos respirations furent revenues à la normale, il se colla contre mon dos et enserra ses bras autour de ma taille. Il picora mon cou de baisers. Je sentis son sexe durcir contre mes fesses.

Pour toute réponse je gémis. Et pourtant ma tête me disait le contraire, refusant catégoriquement. Je sentis son sourire s'étirer contre ma peau. J'hochai la tête, en signe d'approbation. Il caressa mes fesses avec ses mains, provoquant ainsi des frissons incontrôlables dans tout mon être. Si tu veux stopper, il suffit de le demander. Nouveau hochement de tête. Sa voix était tellement rauque qu' elle fit réagir mon corps immédiatement. Si j'avais encore eu ma culotte, elle aurait été irrémédiablement foutue.

Je me retournai et le vit se diriger vers ce qui semblait être une salle de bain attenante à la chambre. Il est vraiment bien foutu. Lorsqu'il sortit de la salle de bain, un flacon bleu dans une main et une boîte dans l'autre, mon regard se figea sur son sexe tendu et fièrement dressé. Il rigola et me rejoignit dans le lit, après avoir posé le matériel sur la table de nuit. Il s'allongea sur moi, et m'embrassa à pleine bouche, frottant son érection contre mon sexe trempé. Je gémis, lui intimant de continuer, ce qu'il fit.

Alors que ma respiration devint vraiment erratique, il me retourna doucement, me chuchotant de me mettre à quatre pattes. Il attrapa le gel, et en appliqua sur ma petite entrée. C'était un peu froid, mais c'était agréable. Ses doigts étaient agiles, et l'un deux pénétra en moi, doucement. Il continua alors que son autre main caressait doucement mes lèvres intimes. Il intensifia les mouvements, montrant qu'il était, lui aussi très excité. L'espace d'un instant, je ne sentis plus ses mains sur moi, et je supposai que c'était parcequ'il mettait le préservatif en place.

Je me sentis complètement vide, ce qui ne dura pas puisque je sentis bientôt sa queue contre mes fesses. Il émit un grognement sourd, et je sentis aussitôt son gland me pénétrer. Il sortit, pour ré-entrer, certainement pour que mon petit espace s'habitue à sa grosseur. Il avait également lubrifié son pénis, car je pouvais sentir la froideur du gel en moi. Après être de nouveau entré puis ressorti, il s'enfonça en moi.

Ce qui me fit hurler. Il me calma, me rassura, caressant mon dos, et bougeant en même temps. Il me murmurai des paroles réconfortantes alors qu'il allait et venait en moi. Petit à petit je m'habituai à sa présence dans mon anus, et j'émettai des râles de plaisir. Sa main triturait toujours mon clitoris, gonflé de désir. Je me surpris même à donner des petits coups de rein en arrière pour renforcer sa prise sur moi.

Sa main habile m'aidait beaucoup, faisant monter l'orgasme caché au fond de mes entrailles. Je le sentai grossir encore et encore, jusqu'à ce qu'il explose, sans vraiment crier gare. Il me terrassa et fit contracter tout mon corps. J' hurlai le prénom de mon amant, plusieurs fois, tout en martyrisant les oreillers en les serrant avec mes mains. Lorsque mon corps émit un dernier surbresaut, ma tête s'enfouit dans l'oreiller alors que je tentai de reprendre mon souffle.

Jasper était toujours en moi, et avait augmenté la cadence. Je le sentis vibrer à son tour et quelques secondes plus tard, son sexe se contracta et se déversa en plusieurs jets dans le préservatif. Il déposa un baiser entre mes omoplates et se retira. Il me prit ensuite dans ses bras, et ramena la couette sur nous. Je m épatais par mon professionnalisme. Trêve de rêveries, j avais intérêt a me bouger le cul pour être a l heure, au risque de m attirer les foudres de Scoot'.

Il devait surement etre deja bien remonté contre moi a cause de mon absence remarquée aux Grammys, de mon choix totalement spontané et irreflechi de briser l arrangement que j avais mis au point avec Selena dans le passé.. J allais en prendre pour mon grade, c etait evident. Je retira en titubant mon boxer, que je jeta négligemment sur le sol, et fit couler l eau jusqu a ce que la température me convienne.

J inspira profondément et entra dans la douche déjà encombrée de vapeur, puis me faufila sous le jet en baissant la tète en avant. Mes muscles se détendirent au contact de l eau chaude qui ruisselait sur ma peau et sur mon cuir chevelu, me faisant agréablement frissonner. Je m immobilisa quelques instants sous cette pluie bouillonnante et exaltante, profitant de l apaisement et du bienfait qu elle me procurait.

C est exactement ce dont j avais besoin. Un bon moment de détente et de tranquillité pour me remettre d aplomb. Je me baissa pour empoigner mon gel douche et le pressa pour en verser dans mon autre main, que je plaqua aussitôt sur mon torse. Je le frotta lentement en effectuant des mouvements circulaires et appuyés, qui descendirent progressivement sur mon abdomen tonique.

Ma main gauche se nicha dans mes cheveux mouillés, les dégagea de mon front et les plaqua en arrière de facon a ne pas être gêné. Je me frotta les yeux pour retirer l excès d eau sur mes cils et les baissa lentement sur mon bas ventre, sentant une agitation s y produire. Je commençais a croire que j étais décidément un incurable pervers.. Mon sexe se dressait fièrement sous mes yeux, sans aucune raison réelle et valable.

J inspira profondément, puis soupira de frustration en secouant la tête, tentant d enlever les idées salaces qui s y bousculaient. Des triques matinales j en avais connues, elles faisaient même partie de mon quotidien. Mais des comme ça, rarement.

Cet incident de la veille, m avait terriblement contrarié et laissé sur ma faim. Le fait d avoir été stimulé, puis d avoir pris l initiative d interrompre cette cruche qui s occupait de mon entres jambes, m avait plongé malgré tout dans une sorte de frustration dévorante. Ce n était pas cette inconnue que j aurais aimé voir à genoux devant moi, aussi bien se débrouillait elle..

Elle le faisait si bien, et ses lèvres etaient faites pour moi. Des images sulfureuses de Linda en train de m expédier aux sommet de mon plaisir défilèrent dans ma tète sans que je puisse les éloigner de mes pensées.

J entra en ébullition suite a cette vision, et sentit ma main parcourir lentement mon abdomen, avant de descendre encore un peu plus bas et s attarder sur mon jambes gorgé de désir. Je me vis stopper la gâterie qu elle me faisait, pour l attraper par les épaules et la jeter brutalement sur mon lit, afin de la prendre sauvagement et sans aucune retenue. Je glissa ma main autour de ma verge et commença de lent mais ferme va et vient en rejetant ma tete en arrière, toujours sous le jet d eau bouillant.

Instinctivement, je me mordis la lèvre inférieure pour m empêcher de raler de plaisir et de soulagement. J avais envie de l'entendre gémir mon nom entre deux cris d extase, et m enfoncer en elle le plus profondément possible.

Puis la baiser pendant des heures entières, en lui murmurant que je l aimais, que j étais a elle et seulement a elle.. J accéléra le mouvement sur mon sexe en fermant mes yeux, et laissa échapper un incontrôlable et rauque gémissement que je puisa au fond de ma gorge. Mes muscles se contractèrent alors que je sentais ma jouissance atteindre son apogée. Si seulement elle était avec moi dans cette douche suffocante de chaleur et de désir..

J aurais pu sentir sa peau délicate, l embrasser, la mordre, la lécher.. J avais terriblement envie de la malmener, de la faire tortiller d impatience et d excitation. De la forcer a me supplier comme ci que sa vie en dépendait. Tandis que ma main gauche montait et descendait frénétiquement sur mon membre, mon autre main se plaqua sur le carrelage chaud et enduit de vapeur, me permettant de m y appuyer et y reposer tout mon poid.

Je baissa la tete et sentis l eau chaude glisser sur ma nuque et mes tempes, créant une vague de frisson que je sentis monter lentement le long de ma colonne vertébrale. J entre ouvra ma bouche et ferma les yeux pendant que ma main ne ralentissait pas la cadence et s agitait de plus en plus vite et fort sur mon sexe.

Je sentis le flux de ce plaisir entamer sa montée jusqu au sommet, et enfin, l atteindre - "Ooooh putain Je resserra l emprise de ma main sur mon sexe pour prolonger le plaisir que je venais de me donner en retenant mon souffle avant d expirer longuement.

Manquant cruellement d air, je tenta de reprendre une respiration régulière malgré la chaleur étouffante dans la douche. Cette nana allait me rendre chèvre.. Voila a quoi j étais mené, moi, Justin Bieber. Une pratique qui m étais quasiment inconnue, car plus nécessaire depuis belle lurette.

Avant, j aurais trouvé une voire plusieurs groupies a me mettre sous la dent pour assouvir mes pulsions. Mais a présent, c était différent. J avais bien compris que mes désirs étaient dorénavant plus ciblés, plus sélectifs. Je n étais même plus maître de mon propre corps! C était d un pathétique.. Je serra mes dents et siffla une injure, agacé par ce qu il venait de se produire. Je n allais pas éternellement me contenter d une branlette occasionnelle pour soulager la terrible faim que j avais de son corps.

Je refusais de voir ma vie sexuelle, auparavant très - voir trop - active et fantasque, être réduite a néant. J allais reprendre tout ça rapidement en main! Au sens figuré, bien sur. Apres etre sorti de la douche, je passa comme a mon habitude une bonne vingtaine de minutes devant le miroir de ma salle de bain, pour m appliquer mes soins journaliers et coiffer mes cheveux avec précision.

Lorsque je mettais un pied dehors, il fallait toujours que je me présente sous mon meilleur jour. Mon apparence, mon style et principalement, mes cheveux, étaient mes marques de fabrique.

Apres tout, je me devais d être présentable et agréable a regarder. Pour le bon plaisir de mes fans, ainsi que celui des femmes en général d ailleurs.. Car oui, j étais un incorrigible séducteur, et j aimais plaire.

Jeunes, vieilles, belles, moches.. Tout ce que je voulais, c était sentir les regards braqués sur moi, me sentir désiré et adulé. Oui, j étais un brin narcissique. Mais c etait mon métier qui le voulait. J avais besoin de toute cette attention pour puiser au fonds de moi cette force et cette assurance que j avais sur scene, ainsi que dans mon quotidien. Une image, ca s entretient.

Et c est exactement ce que je faisais. J enfila mes vêtements a la vas vite - un sarouel noir et rouge, un sweat shirt noir et des Supras rouge vif - avant de jeter un coup d oeil a l heure qu affichait mon iPhone. Scoot et le reste de l équipe m attendaient pour 11h30 au studio d enregistrement.

J étais dans une merde monumentale! Il m arrivait fréquemment d être en retard, et cela pour toutes sorte d occasions. J aimais me faire désirer. Mais pas avec Scooter. Il ne tolérait pas ce genre d ecart, malgré l importance que j avais pris en tant qu artiste. Il était toujours aux abonnés présents lorsqu il s agissait de me rappeler d ou je venais pour me faire redescendre d un étage, et que les divas capricieuses l insupportaient au plus haut point.

Et il avait certainement raison de le faire. Je dévala les escaliers a toute allure en soufflant, comme pour me donner plus d élan, et attrapa au passage mes clés de voiture qui traînaient sur le comptoir du bar, ainsi qu une casquette noir suspendu sur un porte manteau que je vissa immédiatement sur ma tete.

J ouvra brusquement la porte d entrée pour m apprêter a la franchir, mais heurta de plein fouet quelqu un qui se tenait sur le pallier. Je grimaça d étonnement et la femme poussa un cri de frayeur en laissant tomber sur le sol des clés de sa main.

Je reconnu immédiatement Rita, ma femme de ménage, qui avait pour habitude de venir tout les lundis et vendredis a 11h30, heure ou j étais censé être absent. Je la croisais tellement rarement qu a chaque fois qu elle me voyait, elle prenait cette mine tétanisée mais tellement hilarante.

Je m abaissa pour ramasser ses clés et lui les claqua vivement dans sa main tremblante mais tendue en souriant chaleureusement. Inutile de faire les quatres chambres du fonds, elles n ont pas utilisées. Par contre, faites ma salle de bain s il vous plais. Elle acquiesça d un bref signe de tete en conservant son air perpétuellement surpris, franchis le seuil d entrée et claqua la porte derriere elle. Tout sauf cette satanée mante religieuse de Swift, pitié!

Je grimaça de dégoût et changea aussitôt de station, puis les zappa une a une jusqu a ce que je tombe sur "No Love Allowed" de ma camarade Rihanna. Je monta le volume en sifflotant energiquement et en tapotant rythmiquement sur mon volant, et enfin, démarra mon bolide pour sortir en une seule accélération de ma cour, prêt a mener la course contre le temps. En passant devant chez Linda, j hésita, puis subitement, posa mon pied sur la pédale de frein afin de ralentir mon engin dans son élan de vitesse.

Peut etre qu elle y etait.. Peut etre meme qu elle attendait que j agisse de nouveau, et que je lui prouve que j en valais franchement la peine. Je baissa ma vitre et me redressa dans mon siège en penchant légèrement ma tete sur la fenêtre, pour tenter d y apercevoir quelque chose, quelqu un.. Son portail était fermé, ce qui limitait la visibilité de l extérieur. Aucun mouvement, aucune présence, aucun bruit..

Pour le peu que je voyais et entendait, rien ne me parut anormal. Déçu et désespéré, je pivota ma tète et fixa longuement mon volant en inspirant profondément. Tu te fais des films me dis je. Elle avait raison Rihanna.. Subitement, j appuya mon pied sur l accélérateur et fit gronder le V8 de ma Ferrari, puis fila a toute vitesse en faisant grincer les pneus. Cette conne de Taylor Swift avait peut etre raison. Studio DEF JAM Recordings, 11h43 J ouvra brutalement la porte d entrée du studio et y entra en retirant ma casquette que je balança sur le canapé qui se trouvait derrière la cabine son.

Je sais, je sais les gars.. J'suis a la bourre! Quelques paparazzis m ont retardé, impossible de les eviter! Je me laissa tomber nonchalamment sur la chaise pivotante et fit défiler mes yeux sur les trois autres occupants de la pièce. Willy, le technicien son, me fit les gros yeux en hochant lentement sa tète. Il avait l air de savoir quelque chose que j ignorais..

Je lui répondis en grimaçant une mine interrogatrice, mais notre échange fut rompu par Scooter qui se plaça en face de moi en croisant ses bras sur son torse. Visiblement, mon retard l avait contrarié. Il me toisa et resta planté devant moi, probablement dans l attente d une réaction de ma part. C est pas dramatique! Il valait mieux l épargner de ce fâcheux petit "incident" qui s etait produit dans la douche.

Je répondis par un hochement d épaules tout en gardant le silence, ne souhaitant pas le contrarier davantage. A quoi bon nier? Des photos et vidéos de moi aux X-Patrols Club en train de prendre du bon temps avec Twist et Za allaient surement paraître d ici peu sur la toile, si ce n était pas déjà fait.

Qu aurais je pu dire pour me justifier tout en étant crédible apres cela? Scooter décroisa ses bras et se saisis de son iPad, puis pianota quelques fois dessus en fronçant durement ses sourcils, avant de me le tendre en me fusillant du regard.

T expliques ça comment, Bieber? Qu est ce que..? Comment avaient ils réussi a obtenir cette information?! Sans doutes Selena qui avait déjà commencer par se venger.. Fais défiler la suite. J écarquilla mes yeux de stupéfaction, et balança une injure en faisant défiler nerveusement et un a un les articles qui me mentionnaient que Scooter avait relevés. Comment savaient ils tout ca? Qui avait vendu la meche?

Il faut dire que je l avais bien cherché, après le lapin que je lui avais posé la veille. La connaissant, elle devait l avoir mauvaise, tres mauvaise.. Ils semblaient tous êtres dépassés par les événements et a court de temps.

Ils couraient, enjambaient et traversaient la grande loge qui m avait été attribuée, dans un infernal brouhaha comme ci que leur vies en dépendaient. Toute cette agitation me flanqua une épouvantable migraine. J avança vers les miroirs et m assied dans un petit mais confortable fauteuil qui leur faisait face en soupirant d exaspération.

Une coiffeuse armée d une brosse et d une bombe a laque se jeta instinctivement sur moi pour peaufiner mes cheveux et me fit sursauter de surprise.

Je lui jeta un regard agacé en me mordant fébrilement la lèvre inférieure, tandis qu elle s agitait sur ma mise en pli, ne me prêtant aucune attention. Ca va être enooorme Justin!

Agir et parler dans son fauteuil comme ci que nous étions seuls, sans afficher la moindre gène devant toutes ces personnes dont nous ignorons absolument tout. Une maquilleuse, dont l expression faciale était totalement neutre, peaufinait machinalement le teint a Selena a coup de pinceaux, tandis que cette derniere continuais a jacasser de vive voix. J aurais aimé savoir ce que sa petite voix interne lui disait..

Surement que Selena était une creuse et immorale pétasse , et moi un petit con prétentieux sans intérêt Elle avait peut être raison apres tout. Plongé dans mes pensées, j observa attentivement la maquilleuse en tentant de surprendre la moindre mimique qui pourrait trahir son ressenti. Justin, tu m écoutes quand je te parles? Je rompis mon analyse et tourna subitement ma tete pour lui faire face. Tu ne m écoutais pas, donc! Tu es nerveux, c est ca? J étais déjà assez blasé par ce que j étais sur le point de faire.

La superficialité de mon choix me donnait la nausée. J étais un épouvantable connard, un goujat. Comment pouvais je lui faire ca? Elle qui avait été tellement parfaite avec moi. Je ne la méritait largement pas. Ces dix derniers jours auprès d elle, furent surement les jours les plus exaltants de toute ma courte vie. Est ce que ça en valait vraiment la peine?

Pourquoi sacrifier mon bonheur pour celui de Selena, et surtout, pourquoi faire semblant? Encore et toujours faire semblant. C était devenu une habitude dans le milieu. J étais pris au piège. Prisonnier dans cette cage dorée, dans ce monde de strass et de paillettes qui m obligeait a constamment mentir sur celui que j étais, et sur l identité de ceux que j aimais réellement. Cet arrangement était une véritable fumisterie, que autrefois j assumais pleinement, mais qu a présent j exécrais au plus haut point.

Finalement, j étais comme tout les autres.. Un salaud, égoïste et lâche. Linda était trop bien pour moi. Car elle, avait su trouver le courage pour m avouer son amour.

Selena se leva dans un bond en repoussant violemment avec ses bras tendus vers le ciel la maquilleuse qui était a ses petits soins, et m attrapa la main pour me forcer a me lever, ce que je fis sans grand enthousiasme.

Elle s avança vers la sortie de la loge en me traînant derrière elle par la main, puis se retourna subitement en affichant un sourire radieux et me la lâcha. C est pas un peu too much..? Certes, elle était belle. Impossible de le nier. Elle pouvait avoir autant de prétendants qu elle souhaitait en avoir.. Elle n était plus celle qui me hantait, celle qui me procurait cette joie indéfinissable. D ailleurs, comparer les sentiments que j éprouvais pour Linda a ceux que j avais eux pour Selena, étaient insensé.

Selena avait été un caprice, tandis que Linda elle, était une évidence Il fallait qu elle le sache. Il fallait qu elle sache qu avec elle, je n avais pas fais semblant. La savoir blessée et sentir trahie me rongeait de l intérieur. Cette vision m était tout simplement insupportable. Selena me gratifia de son plus beau sourire en guise de remerciement, et se pencha sur moi pour déposer un langoureux baiser sur le coin de mes lèvres.

Je ne réagis pas et resta stoïque face a ce geste, mais elle ne sembla même pas y prendre garde. Elle se redressa et me reluqua brièvement de la tète aux pieds sans y accorder un grand intérêt. Tant d egoisme et d interet personnel.. Je ne voyais aucune tendresse, meme pas une onde d affection pour moi dans le regard a Selena. Mais seulement de la satisfaction.

..

Sex marocain le sexe vl


le sexe jet sexe fanfiction

..