Sexe torture ooo sexe com

sexe torture ooo sexe com

Facial sexe video sexe amateur francais




sexe torture ooo sexe com

C'est sans aucun doute le passage le plus graveleux du film. Christian a une envie irrépressible de faire l'amour à Anastasia, qui refuse en lui expliquant qu'elle a ses règles. N'écoutant que son désir, le milliardaire lui retire le tampon hygiénique qu'elle portait, avant de la prendre à la hussarde.

La réalisatrice a confié qu'il n'a jamais été question de tourner la scène. Les boules de Geisha: Le golden boy oblige son amante à les porter pendant toute une soirée, avant de lui faire l'amour. Les sites qui proposent à la vente les boules de geisha de 50 nuances de Grey , précisent qu'outre son usage ludique, ce sex-toy est excellent pour la rééducation périnéale.

Le dîner sans culotte: La première fois que Christian présente Anastasia à sa famille lors d'un dîner, il lui ordonne de ne rien porter sous sa robe, ce qui suscite l'embarras de la jeune femme pendant tout le repas.

A l'écran, elle a remis sa culotte. Avec deux fois moins de visites dans la salle de jeux, de coups de cravaches et de fessées, le second volet, dans le livre comme dans le film, est beaucoup plus soft, même si, au final il y a 4 minutes de sexe en plus, par rapport au premier opus. Dans le livre, E. James s'amuse à écrire: Dans le film, les amants se contentent de faire rouler les boules en se souriant. Rien de bien croustillant! Quand il pénètre dans la fameuse chambre des tortures, Ana y est déjà, une pince à tétons dans les mains.

Dans le livre, il s'agit d'un plug anal. Nos internautes racontent comment la saga a pimenté leur couple! Cinquante nuances plus claires: Anastasia et Christian vont-ils se ranger des voitures et arrêter leurs petits jeux sulfureux? Le roman offre quelques scènes corsées. Le film les gardera-t-il?

C'est dans ce centre enfin que des crânes et des tibias seront percés à la chignole. Des milliers d'Algériens connaissent les lugubres sous-sols de ce commissariat, ses cellules crasseuses et humides et ses salles de torture aux murs ensanglantés. Des dizaines de citoyens laisseront la vie sur les bancs du supplice. Siège de la police dite judiciaire, il sera le lieu de nombreux actes criminels commis contre des citoyens arbitrairement arrêtés et séquestrés.

Là également, de nombreux cadavres en sortiront pour être enterrés furtivement de nuit sous la triste étiquette de "X Algérien", selon de nombreux témoignages de policiers ayant fui ces horreurs. Les tortionnaires de ce commissariat, souvent saouls, ramènent régulièrement des clochards du port d'Alger pour tabasser les détenus. Une "chambre à coucher " sera spécialement aménagée pour recevoir les citoyennes et citoyens durant cette période.

De nombreux citoyens y perdront la vie dans ce centre suite aux horribles tortures. C'est là que seront atrocement torturés les "auteurs" de l'attentat de l'aéroport d'Alger. Les gros moyens sont utilisés: C'est là aussi que sont concoctés les scénarii des "aveux" télévisés et où sont filmés les malheureux "repentis" après des séances bien dosées d'électricité et des cours accélérés de scénarii préfabriqués.

Ces séances et ces cours se font par les agents de l'action psychologique et sous la haute autorité d'officiers de la SM. Situé en plein quartier populaire, il est le lieu d'horribles tortures. De nombreux citoyens dont des enfants mourront dans ce centre suite aux sévices.

La victime est souvent accueillie par un officier connu par sa phrase célèbre: De nombreuses victimes périront dans ce centre. La technique préférée de ses tortionnaires est l'introduction d'un tuyau d'eau dans la gorge du supplicié jusqu'à l'asphyxie. Se trouve au niveau de la zone industrielle de Rouiba. Lieu de tortures et d'exécutions sommaires. Caserne dite de la Sonipec de Dellys: Ancienne usine de la Sonipec désaffectée et transformée en caserne militaire depuis le coup d'État de janvier Lieu de tortures et surtout d'exécutions sommaires.

Centre militaire Antar situé aux environs du parc zoologique de Ben Aknoun: Centre cité par des officiers déserteurs dans des interviews donnés à la presse occidentale. Liste non exhaustive de citoyens torturés. Des dizaines de milliers de citoyens eurent à pâtir de ces pratiques odieuses. Nous versons pour l'Histoire, comme nous l'avons déjà fait durant les moments les plus cruciaux qu'ont connu notre patrie et nos concitoyens, une liste non exhaustive de citoyens victimes de la "question ", dont beaucoup furent mes mandants.

Lieu de garde à vue: Durée de garde à vue ; 13 jours. Torturé à la prison d'El Harrach par le gardien Rabah Badjarah: Durée de la garde à vue: Transféré le 7 novembre à la prison de Serkadji puis en novembre à la prison d'El Harrach. Après 5 ans de détention préventive, il est acquitté par le tribunal d'exception d'Alger et libéré en novembre Transféré le 2 novembre à la prison de Serkadji. Lieux de garde à vue: Evacué en urgence à deux reprises sur l'hôpital militaire.

Condamné à mort et exécuté le 31 août Durée de garde à vue: Transféré à la prison d'El Harrach. Arrêté le 9 octobre à Mila Constantine par des gendarmes. Arrachage des ongles et de la peau par des pinces, brûlures au chalumeau, bastonnade, chiffon. A été arrêté le 27 octobre à 3 heures du matin par des civils armés et cagoulés. Transféré à la prison militaire de Blida.

Détenu à la prison d'El Harrach puis transféré à la prison de Serkadji. Assassiné dans sa cellule le 21 février Arrêté le 23 septembre à 2 heures du matin à son domicile par des nindjas.

Condamné à mort par le tribunal d'exception d'Alger. Compagnie de gendarmerie de Bab Ezzouar. Saccage de la maison et brutalités envers la mère âgée.

Transféré à la prison de Serkadji. Libéré le 13 septembre après son acquittement par le tribunal d'exception d'Alger, il sera kidnappé par la SM devant la porte de la prison. Incarcéré à la prison de Serkadji. Assassiné le 21 février lors du carnage de Serkadji. Commissariat Central et centre de Châteauneuf. Il sera condamné à mort par le tribunal d'exception d'Alger et sera froidement exécuté dans sa cellule lors du massacre de Serkadji le 21 février Brûlures avec mégots de cigarettes.

Utilisation de décharges électriques. Bastonnades et simulation d'exécution. Transféré à la prison d'El Harrach le 10 janvier Extrait illégalement le 9 octobre de sa cellule de la prison d'El Harrach par des civils armés.

Jeté dans la malle d'un véhicule banalisé et transféré au commissariat central où il sera atrocement torturé durant 24 heures avant d'être incarcéré à la prison de Serkadji. Assassiné à la prison de Serkadji le 21 février Après 36 mois de détention préventive, il fut acquitté le 29 avril par le tribunal d'exception d'Alger.

Arrêté le 4 novembre par la sécurité militaire dans son quartier à El Anassers, Alger. Sa mère fut arrêtée et torturée pendant 10 jours à Châteauneuf avant d'être incarcérée à la prison d'El Harrach. Transféré à la prison d'El Harrach puis à Serkadji. Assassiné lors du carnage de la prison de Serkadji le 21 février Commissariat Central d'Alger et Centre de Châteauneuf. A assisté au centre de Châteauneuf à la torture d'un enfant de 15 ans et d'un vieillard de 81 ans.

Condamné à trois ans de prison par le tribunal d'exception d'Alger. Sa vieille mère fut également arrêtée en même temps que lui. Elle fut frappée au commissariat et insultée. Ils ont été tous deux incarcérés à la prison d'El Harrach le 21 septembre A rencontré le citoyen Mihoubi Nourreddine d'El Harrach, séquestré depuis 6 mois.

Il a assisté à la mort de deux citoyens torturés, l'un militaire qui avait la mâchoire fracturée et un autre civil, brûlé au chalumeau.

Jeté dans la forêt d'El Achour après 40 jours de séquestration. Cavaignac Alger Durée de garde à vue: Acquitté par le tribunal d'exception d'Alger après 6 mois de détention préventive à la prison d'El Harrach. Dans un garage de torture il a vu des suppliciés suspendus au plafond par leurs pieds. En traitement en psychiatrie à l'infirmerie de la prison d'El Harrach.

Fractures de côtes, traumatisme du membre inférieur Observations: Arrachage de 5 dents, séquelles de brûlure du visage Observations: Enfermement dans un frigo chambre froide , suspension au plafond durant 12 jours, flagellations.

Il fut présenté à la télévision, " reconnaissant " avoir assassiné la malheureuse Karima Belhadj aux Eucalyptus. Après 8 mois de séquestrations et de tortures, il fut jeté dans la forêt et a dû regagner son domicile situé à plus de 20 km à pied.

Mohamed , 20 ans, demeurant à Alger a été arrêté le 25 juin sur son lieu de travail. Hospitalisé d'urgence pour troubles cardiaques. Libéré en raison de la détérioration de son état de santé le 3 août Senoussi Boualem , agriculteur, éleveur de bovins, demeurant à Aïn Tedlès, Mostaghanem, arrêté par des gendarmes, suite à sa présentation à la brigade sur convocation en janvier Accusé de soutien aux islamistes. Attaché à une sorte de tourniquet technique du " poulet rôti " Complications: Condamné par la cour spéciale le 21 juin , à 2 ans de prison avec sursis et DA d'amende.

A sa libération, il sera repris par les gendarmes de Aïn Tedlès dont le gendarme Zouaoui. Torturé dans un centre secret durant 27 jours puis emmené par les gendarmes ainsi que six autres détenus dans la forêt de Messerghine. Exécution sommaire des six détenus. Lui, blessé aux jambes fut laissé pour mort dans la forêt. Au départ des gendarmes, il se cachera jusqu'à la tombée de la nuit puis se traînera, malgré ses fractures de jambes.

Sera soigné par des villageois et des maquisards. S'exilera en Europe par la suite. Gendarmerie de Aïn Naadja. L'un d'eux présentait une infection des testicules avec véritable castration post-traumatique. L'autre présentait une plaie infectée de sa main compliquée de paralysie, suite à une blessure par balles lors de son arrestation. Baisse de l'acuité visuelle, hémorragie nasale, troubles pulmonaires.

A entendu le bruit de scies électriques et de perceuses chignole au centre de Châteauneuf. Vol de sa montre, de ses lunettes de vue et d'une somme de DA. Condamné à trois années de prison par le tribunal d'exception d'Alger. Centre de Châteauneuf et Commissariat central d'Alger. Gardé en détention préventive durant 30 mois avant d'être jugé et condamné à trois années par le tribunal d'exception d'Alger. Libéré en juillet après avoir purgé sa peine.

Incarcéré à la prison d'El Harrach. Brigade de répression du banditisme de Blida, Centre de Châteauneuf. A assisté à la mort de deux citoyens sous la torture au centre d'El Madania. Infection des plaies provoquées par la lame de rasoir. Centres de la SM de Blida et de Châteauneuf.

Condamné à 20 ans par le tribunal d'exception d'Alger puis acquitté après cassation. Brigades de gendarmerie de Saoula et de Cheraga. Condamné à 15 années de réclusion par le tribunal d'exception d'Alger en Transféré à la prison d'El Harrach puis de Serkadji.

Condamné à 3 années de prison. Commissariat de Bourouba et commissariat central d'Alger. A été arrêté par les policiers alors qu'ils venaient arrêter son frère, absent ce jour-là.

Suspension par ses pieds sur la place publique du 1er mai à Bourouba. Gangrène du pied, laissée sans soins. Des témoins détenus au même commissariat affirment l'avoir entendu hurler durant plusieurs nuits suite aux douleurs provoquées par la gangrène puis s'est tu subitement.

Certains témoins avancent l'hypothèse de sa mort suite à la gangrène. Rebaï Mohamed , officier de police au commissariat de Bab El Oued, marié et père d'un enfant, demeurant à la Casbah, arrêté par ses collègues le 2 janvier et transféré au centre de Chateauneuf. Lieu de garde à vue ; Châteauneuf. Toute la panoplie de Châteauneuf.

Par pudeur, ce citoyen refusera de décrire, dans son rapport adressé à la présidence de la République, les atrocités qu'il subira. Fracture du bras, fractures de côtes, déchirures musculaires du thorax et du dos.

Dans son rapport de 29 pages adressé à la présidence de la République et à la presse, il expliquera les raisons de son arrestation. Il révélera l'exécution sommaire d'un citoyen, ancien maquisard de la guerre de libération, Azizi Abdelkrim, 65 ans et de son fils Abdessamed, 18 ans, par ce même officier de Bourouba. Il révélera également l'assassinat de son ami, Touadi Hachemi, chef de la police des frontières du port d'Alger par le "commando noir " dirigé par un autre commissaire.

Incarcéré durant 9 mois, puis acquitté. A été témoin de la mort d'un écolier de 14 ans sur la table de torture. Libéré après 6 mois de séquestration au centre de Châteauneuf.

Fut porté disparu depuis cette date par sa famille. Transféré le 10 août à la prison d'El Harrach. Condamné le 16 juillet à trois ans de prison par le tribunal d'exception de Tizi Ouzou.

Libéré en juillet Mimouna , épouse B, mère de 5 enfants, demeurant à Oran, arrêtée le 19 mars à 16h 15 à son domicile en même temps que son mari et son frère par une dizaine d'agents de la sécurité militaire.

Après l'arrestation, une perquisition a été effectuée par les mêmes personnes. Selon le témoignage de la victime, tous ses bijoux en or lui ont été volés collier avec médaillon, chaîne, 2 gourmettes, 5 bagues.

Déshabillée devant son frère et son mari, électricité sur les oreilles, la langue et les seins. Sodomisation par goulot de bouteille, menace de viol. A été licenciée abusivement de son travail en raison de ses 21 jours d'absence durée de la séquestration par la SM qu'elle n'avait pas pu justifier.

Les auteurs de la séquestration refusant de lui délivrer de papier officiel d'arrestation. Ce citoyen est porté disparu depuis cette date. Il fut kidnappé par la sécurité militaire le 16 septembre à sa descente d'avion à l'aéroport d'Alger vol d'Air Algérie AH suite à des informations fournies par un policier suisse, Léon Jobe qui travaillait avec la police politique d'Alger.

Centre de Châteauneuf Durée de garde à vue: Electricité, technique du chiffon, tabassage. Ces derniers seront portés disparus depuis leur transfert.

Libéré après 68 jours de séquestration. Ses poignets furent attachés avec du fil métallique puis fut jeté à plat ventre sur le sol sous le regard de ses parents. Il sera menacé de mort devant eux et l'un des agents tira une balle en l'air pour terroriser sa famille. Sa mère sera violemment agressée à coups de poings ainsi que sa fille âgée de 2 ans qui recevra de nombreux coups de poings.

De nombreux ustensiles et meubles seront détruits par ces agents en furie selon le témoignage de la famille. Il sera emmené à moitié dévêtu. La mère terrorisée par les coups, les insultes et grossièretés, abandonnera avec ses enfants le domicile durant deux mois.

Bastonnades, électricité sur lobes d'oreilles et appareil génital. Sodomisation avec barre de fer. Technique du chiffon et ingurgitation d'eau sale des WC. PCO de Bouzaréah puis commissariat central d'Alger. Arrêté en mai par des policiers de Bouzaréah.

Commissariat de la cité El Hayat Gué de Constantine. Bastonnades à son domicile. Resté sans nourriture durant 7 jours. Son épouse fut déshabillée frappée, insultée et menacée d'agression sexuelle devant lui par un policier prénommé Azzeddine.

Tabassages, technique du chiffon. Jugé et acquitté par le tribunal d'exception d'Alger le 19 février Transféré dans un véhicule banalisé de type R19 au commissariat d'Hussein-Dey puis immédiatement après au commissariat des Anassers.

.

Christian a une envie irrépressible de faire l'amour à Anastasia, qui refuse en lui expliquant qu'elle a ses règles. N'écoutant que son désir, le milliardaire lui retire le tampon hygiénique qu'elle portait, avant de la prendre à la hussarde. La réalisatrice a confié qu'il n'a jamais été question de tourner la scène. Les boules de Geisha: Le golden boy oblige son amante à les porter pendant toute une soirée, avant de lui faire l'amour. Les sites qui proposent à la vente les boules de geisha de 50 nuances de Grey , précisent qu'outre son usage ludique, ce sex-toy est excellent pour la rééducation périnéale.

Le dîner sans culotte: La première fois que Christian présente Anastasia à sa famille lors d'un dîner, il lui ordonne de ne rien porter sous sa robe, ce qui suscite l'embarras de la jeune femme pendant tout le repas.

A l'écran, elle a remis sa culotte. Avec deux fois moins de visites dans la salle de jeux, de coups de cravaches et de fessées, le second volet, dans le livre comme dans le film, est beaucoup plus soft, même si, au final il y a 4 minutes de sexe en plus, par rapport au premier opus. Dans le livre, E. James s'amuse à écrire: Dans le film, les amants se contentent de faire rouler les boules en se souriant. Rien de bien croustillant! Quand il pénètre dans la fameuse chambre des tortures, Ana y est déjà, une pince à tétons dans les mains.

Dans le livre, il s'agit d'un plug anal. Nos internautes racontent comment la saga a pimenté leur couple! Cinquante nuances plus claires: Anastasia et Christian vont-ils se ranger des voitures et arrêter leurs petits jeux sulfureux?

Le roman offre quelques scènes corsées. Le film les gardera-t-il? Le couple au septième ciel: Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes avait annoncé la couleur: Après trois heures d'un film fleuve, on y aura appris un mot: Pas besoin de dictionnaire pour en deviner, grossièrement, le sens.

Il suffit de regarder les ébats d'un réalisme cru entre Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux pour en avoir une idée. Désir de rester fidèle au roman graphique de Julie Maroh , ou volonté de défrayer la chronique sur la Croisette? En tous cas, Alain Guiraudie applique la règle au pied de la lettre dans son Inconnu du Lac.

Dans Télérama , le cinéaste résume son pari: Mais, pour compléter le tableau et s'assurer d'un scandale de premier ordre, il ne faut pas hésiter à rajouter quelques plans de scènes de torture dans le montage final d'un film.

Heli et Tore Tantz. L'homme comme l'animal un chat dans Tore Tantz y sont gratifiés des pires sévices. Verdict dimanche soir, lors de la cérémonie de clôture. Je me contente de regarder des classiques à la TV et j'ai l'impression que j'ai raison.

Ne pas oublier le troisième terme: Tout comme il n'y a plus un Goncourt sans histoire de fesses, il n'y a plus de film encensé par la critique sans glorification des gays Home Culture Festival de Cannes Sexe et torture: La rédaction vous conseille. Sur le même sujet. Rester vertical , d'Alain Guiraudie: Rester vertical , un peu raide La Belle saison:




Jeu de sexe video gratuit sexe

  • Sexe torture ooo sexe com
  • Voici une recette simple et efficace pour faire son propre déodorant.
  • Sexe torture ooo sexe com
  • Reference du sexe sexe nantes

Sexe entre hommes mr sexe com


Un commissariat de la banlieue d'Alger Bourouba se serait spécialisé dans ces actes contre nature. Les moyens de torture psychologique. La victime est souvent sortie de sa cellule, visage recouvert d'une cagoule et jetée dans une malle de voiture. Il est emmené hors du lieu de séquestration, généralement dans une forêt. Là on lui hôte la cagoule et on lui met le canon du pistolet sur la tempe ou on tripote un poignard, lui faisant comprendre qu'on allait l'égorger.

L'opération sera répétée plusieurs fois pour terroriser la victime. Insomnies et état de psychose: Les cris des suppliciés et les vociférations hystériques des tortionnaires qui se relaient en permanence dans leurs basses besognes empêchent la victime de dormir tout en le maintenant dans un état continu de psychose et de terreur. La perceuse électrique, plus couramment appelée chignole, la scie, le tournevis, le ciseau de tailleur sont des instruments également utilisés pour laisser des traces physiques indélébiles sur le corps du supplicié par des tortionnaires détraqués assouvissant leurs fantasmes et leur soif de vengeance inculquée par les services de l'action psychologique.

Les lieux tristement célèbres de séquestration et de torture: Tous les lieux de séquestration commissariats, brigades de gendarmerie, casernes, centres de la SM sont des centres de torture.

Nous citerons seulement et pour l'Histoire, quelques lieux tristement célèbres où des actes abominables sont pratiqués quotidiennement. Equipé de moyens sophistiqués de torture, ce centre verra défiler des dizaines de milliers de citoyens de tous les coins du pays qui subiront les affres des supplices de la part d'un personnel tortionnaire névrosé et criminel.

C'est dans ce centre que des dizaines de citoyens perdront la vie sur les tables "d'exploitation du renseignement". C'est dans ce centre que des filles, des épouses et des mères seront violées devant leurs pères, leurs maris et leurs enfants. C'est dans ce centre enfin que des crânes et des tibias seront percés à la chignole. Des milliers d'Algériens connaissent les lugubres sous-sols de ce commissariat, ses cellules crasseuses et humides et ses salles de torture aux murs ensanglantés. Des dizaines de citoyens laisseront la vie sur les bancs du supplice.

Siège de la police dite judiciaire, il sera le lieu de nombreux actes criminels commis contre des citoyens arbitrairement arrêtés et séquestrés. Là également, de nombreux cadavres en sortiront pour être enterrés furtivement de nuit sous la triste étiquette de "X Algérien", selon de nombreux témoignages de policiers ayant fui ces horreurs. Les tortionnaires de ce commissariat, souvent saouls, ramènent régulièrement des clochards du port d'Alger pour tabasser les détenus.

Une "chambre à coucher " sera spécialement aménagée pour recevoir les citoyennes et citoyens durant cette période. De nombreux citoyens y perdront la vie dans ce centre suite aux horribles tortures. C'est là que seront atrocement torturés les "auteurs" de l'attentat de l'aéroport d'Alger. Les gros moyens sont utilisés: C'est là aussi que sont concoctés les scénarii des "aveux" télévisés et où sont filmés les malheureux "repentis" après des séances bien dosées d'électricité et des cours accélérés de scénarii préfabriqués.

Ces séances et ces cours se font par les agents de l'action psychologique et sous la haute autorité d'officiers de la SM. Situé en plein quartier populaire, il est le lieu d'horribles tortures.

De nombreux citoyens dont des enfants mourront dans ce centre suite aux sévices. La victime est souvent accueillie par un officier connu par sa phrase célèbre: De nombreuses victimes périront dans ce centre. La technique préférée de ses tortionnaires est l'introduction d'un tuyau d'eau dans la gorge du supplicié jusqu'à l'asphyxie. Se trouve au niveau de la zone industrielle de Rouiba.

Lieu de tortures et d'exécutions sommaires. Caserne dite de la Sonipec de Dellys: Ancienne usine de la Sonipec désaffectée et transformée en caserne militaire depuis le coup d'État de janvier Lieu de tortures et surtout d'exécutions sommaires. Centre militaire Antar situé aux environs du parc zoologique de Ben Aknoun: Centre cité par des officiers déserteurs dans des interviews donnés à la presse occidentale. Liste non exhaustive de citoyens torturés.

Des dizaines de milliers de citoyens eurent à pâtir de ces pratiques odieuses. Nous versons pour l'Histoire, comme nous l'avons déjà fait durant les moments les plus cruciaux qu'ont connu notre patrie et nos concitoyens, une liste non exhaustive de citoyens victimes de la "question ", dont beaucoup furent mes mandants.

Lieu de garde à vue: Durée de garde à vue ; 13 jours. Torturé à la prison d'El Harrach par le gardien Rabah Badjarah: Durée de la garde à vue: Transféré le 7 novembre à la prison de Serkadji puis en novembre à la prison d'El Harrach. Après 5 ans de détention préventive, il est acquitté par le tribunal d'exception d'Alger et libéré en novembre Transféré le 2 novembre à la prison de Serkadji.

Lieux de garde à vue: Evacué en urgence à deux reprises sur l'hôpital militaire. Condamné à mort et exécuté le 31 août Durée de garde à vue: Transféré à la prison d'El Harrach. Arrêté le 9 octobre à Mila Constantine par des gendarmes. Arrachage des ongles et de la peau par des pinces, brûlures au chalumeau, bastonnade, chiffon.

A été arrêté le 27 octobre à 3 heures du matin par des civils armés et cagoulés. Transféré à la prison militaire de Blida. Détenu à la prison d'El Harrach puis transféré à la prison de Serkadji. Assassiné dans sa cellule le 21 février Arrêté le 23 septembre à 2 heures du matin à son domicile par des nindjas. Condamné à mort par le tribunal d'exception d'Alger. Compagnie de gendarmerie de Bab Ezzouar. Saccage de la maison et brutalités envers la mère âgée.

Transféré à la prison de Serkadji. Libéré le 13 septembre après son acquittement par le tribunal d'exception d'Alger, il sera kidnappé par la SM devant la porte de la prison. Incarcéré à la prison de Serkadji. Assassiné le 21 février lors du carnage de Serkadji. Commissariat Central et centre de Châteauneuf.

Il sera condamné à mort par le tribunal d'exception d'Alger et sera froidement exécuté dans sa cellule lors du massacre de Serkadji le 21 février Brûlures avec mégots de cigarettes.

Utilisation de décharges électriques. Bastonnades et simulation d'exécution. Transféré à la prison d'El Harrach le 10 janvier Extrait illégalement le 9 octobre de sa cellule de la prison d'El Harrach par des civils armés.

Jeté dans la malle d'un véhicule banalisé et transféré au commissariat central où il sera atrocement torturé durant 24 heures avant d'être incarcéré à la prison de Serkadji. Assassiné à la prison de Serkadji le 21 février Après 36 mois de détention préventive, il fut acquitté le 29 avril par le tribunal d'exception d'Alger.

Arrêté le 4 novembre par la sécurité militaire dans son quartier à El Anassers, Alger. Sa mère fut arrêtée et torturée pendant 10 jours à Châteauneuf avant d'être incarcérée à la prison d'El Harrach. Transféré à la prison d'El Harrach puis à Serkadji. Assassiné lors du carnage de la prison de Serkadji le 21 février Commissariat Central d'Alger et Centre de Châteauneuf. A assisté au centre de Châteauneuf à la torture d'un enfant de 15 ans et d'un vieillard de 81 ans.

Condamné à trois ans de prison par le tribunal d'exception d'Alger. Sa vieille mère fut également arrêtée en même temps que lui. Elle fut frappée au commissariat et insultée. Ils ont été tous deux incarcérés à la prison d'El Harrach le 21 septembre A rencontré le citoyen Mihoubi Nourreddine d'El Harrach, séquestré depuis 6 mois. Il a assisté à la mort de deux citoyens torturés, l'un militaire qui avait la mâchoire fracturée et un autre civil, brûlé au chalumeau. Jeté dans la forêt d'El Achour après 40 jours de séquestration.

Cavaignac Alger Durée de garde à vue: Acquitté par le tribunal d'exception d'Alger après 6 mois de détention préventive à la prison d'El Harrach.

Dans un garage de torture il a vu des suppliciés suspendus au plafond par leurs pieds. En traitement en psychiatrie à l'infirmerie de la prison d'El Harrach. Fractures de côtes, traumatisme du membre inférieur Observations: Arrachage de 5 dents, séquelles de brûlure du visage Observations: Enfermement dans un frigo chambre froide , suspension au plafond durant 12 jours, flagellations. Il fut présenté à la télévision, " reconnaissant " avoir assassiné la malheureuse Karima Belhadj aux Eucalyptus.

Après 8 mois de séquestrations et de tortures, il fut jeté dans la forêt et a dû regagner son domicile situé à plus de 20 km à pied. Mohamed , 20 ans, demeurant à Alger a été arrêté le 25 juin sur son lieu de travail. Hospitalisé d'urgence pour troubles cardiaques. Libéré en raison de la détérioration de son état de santé le 3 août Senoussi Boualem , agriculteur, éleveur de bovins, demeurant à Aïn Tedlès, Mostaghanem, arrêté par des gendarmes, suite à sa présentation à la brigade sur convocation en janvier Accusé de soutien aux islamistes.

Attaché à une sorte de tourniquet technique du " poulet rôti " Complications: Condamné par la cour spéciale le 21 juin , à 2 ans de prison avec sursis et DA d'amende. A sa libération, il sera repris par les gendarmes de Aïn Tedlès dont le gendarme Zouaoui. Torturé dans un centre secret durant 27 jours puis emmené par les gendarmes ainsi que six autres détenus dans la forêt de Messerghine.

Exécution sommaire des six détenus. Lui, blessé aux jambes fut laissé pour mort dans la forêt. Au départ des gendarmes, il se cachera jusqu'à la tombée de la nuit puis se traînera, malgré ses fractures de jambes. Sera soigné par des villageois et des maquisards. S'exilera en Europe par la suite. Gendarmerie de Aïn Naadja. L'un d'eux présentait une infection des testicules avec véritable castration post-traumatique.

L'autre présentait une plaie infectée de sa main compliquée de paralysie, suite à une blessure par balles lors de son arrestation. Baisse de l'acuité visuelle, hémorragie nasale, troubles pulmonaires. A entendu le bruit de scies électriques et de perceuses chignole au centre de Châteauneuf. Vol de sa montre, de ses lunettes de vue et d'une somme de DA. Condamné à trois années de prison par le tribunal d'exception d'Alger.

Centre de Châteauneuf et Commissariat central d'Alger. Gardé en détention préventive durant 30 mois avant d'être jugé et condamné à trois années par le tribunal d'exception d'Alger. Libéré en juillet après avoir purgé sa peine. Incarcéré à la prison d'El Harrach. Brigade de répression du banditisme de Blida, Centre de Châteauneuf.

A assisté à la mort de deux citoyens sous la torture au centre d'El Madania. Infection des plaies provoquées par la lame de rasoir. Centres de la SM de Blida et de Châteauneuf. Condamné à 20 ans par le tribunal d'exception d'Alger puis acquitté après cassation. Brigades de gendarmerie de Saoula et de Cheraga.

Condamné à 15 années de réclusion par le tribunal d'exception d'Alger en Transféré à la prison d'El Harrach puis de Serkadji. Condamné à 3 années de prison. Commissariat de Bourouba et commissariat central d'Alger. A été arrêté par les policiers alors qu'ils venaient arrêter son frère, absent ce jour-là. Suspension par ses pieds sur la place publique du 1er mai à Bourouba. Gangrène du pied, laissée sans soins. Des témoins détenus au même commissariat affirment l'avoir entendu hurler durant plusieurs nuits suite aux douleurs provoquées par la gangrène puis s'est tu subitement.

Certains témoins avancent l'hypothèse de sa mort suite à la gangrène. Rebaï Mohamed , officier de police au commissariat de Bab El Oued, marié et père d'un enfant, demeurant à la Casbah, arrêté par ses collègues le 2 janvier et transféré au centre de Chateauneuf. Lieu de garde à vue ; Châteauneuf. Toute la panoplie de Châteauneuf. Par pudeur, ce citoyen refusera de décrire, dans son rapport adressé à la présidence de la République, les atrocités qu'il subira. Fracture du bras, fractures de côtes, déchirures musculaires du thorax et du dos.

Dans son rapport de 29 pages adressé à la présidence de la République et à la presse, il expliquera les raisons de son arrestation. Il révélera l'exécution sommaire d'un citoyen, ancien maquisard de la guerre de libération, Azizi Abdelkrim, 65 ans et de son fils Abdessamed, 18 ans, par ce même officier de Bourouba. Il révélera également l'assassinat de son ami, Touadi Hachemi, chef de la police des frontières du port d'Alger par le "commando noir " dirigé par un autre commissaire.

Incarcéré durant 9 mois, puis acquitté. A été témoin de la mort d'un écolier de 14 ans sur la table de torture. Libéré après 6 mois de séquestration au centre de Châteauneuf. Fut porté disparu depuis cette date par sa famille. Transféré le 10 août à la prison d'El Harrach. Condamné le 16 juillet à trois ans de prison par le tribunal d'exception de Tizi Ouzou.

Libéré en juillet Mimouna , épouse B, mère de 5 enfants, demeurant à Oran, arrêtée le 19 mars à 16h 15 à son domicile en même temps que son mari et son frère par une dizaine d'agents de la sécurité militaire. Après l'arrestation, une perquisition a été effectuée par les mêmes personnes. Selon le témoignage de la victime, tous ses bijoux en or lui ont été volés collier avec médaillon, chaîne, 2 gourmettes, 5 bagues. Déshabillée devant son frère et son mari, électricité sur les oreilles, la langue et les seins.

Sodomisation par goulot de bouteille, menace de viol. A été licenciée abusivement de son travail en raison de ses 21 jours d'absence durée de la séquestration par la SM qu'elle n'avait pas pu justifier. Les auteurs de la séquestration refusant de lui délivrer de papier officiel d'arrestation. Ce citoyen est porté disparu depuis cette date. Il fut kidnappé par la sécurité militaire le 16 septembre à sa descente d'avion à l'aéroport d'Alger vol d'Air Algérie AH suite à des informations fournies par un policier suisse, Léon Jobe qui travaillait avec la police politique d'Alger.

Centre de Châteauneuf Durée de garde à vue: Electricité, technique du chiffon, tabassage. Ces derniers seront portés disparus depuis leur transfert. Libéré après 68 jours de séquestration. Ses poignets furent attachés avec du fil métallique puis fut jeté à plat ventre sur le sol sous le regard de ses parents. Il sera menacé de mort devant eux et l'un des agents tira une balle en l'air pour terroriser sa famille.

Sa mère sera violemment agressée à coups de poings ainsi que sa fille âgée de 2 ans qui recevra de nombreux coups de poings. Je me contente de regarder des classiques à la TV et j'ai l'impression que j'ai raison.

Ne pas oublier le troisième terme: Tout comme il n'y a plus un Goncourt sans histoire de fesses, il n'y a plus de film encensé par la critique sans glorification des gays Home Culture Festival de Cannes Sexe et torture: La rédaction vous conseille. Sur le même sujet. Rester vertical , d'Alain Guiraudie: Rester vertical , un peu raide La Belle saison: Plus d'actualités Festival de Cannes. Réagir à cet article. Overlord51 "Quand j'entends parler de "culture", je sors mon revolver" Gbikey Ne pas oublier le troisième terme: Passez votre annonce dans le Carnet du Figaro Découvrir.

Des cadeaux à gagner Jouer. Suivez Le Figaro sur Facebook Découvrir. Plus de annonces immobilières Rechercher. Le meilleur de la presse quotidienne et magazine S'inscrire. Trouvez la meilleure assurance santé en 3 minutes Comparer. Plus de 15 newsletters thématiques S'inscrire.